Archives de la catégorie ‘Polar’

Robe de mariéRésumé

Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… Les ombres de Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.

Mon avis

WAAAA. Je pourrais presque m’en tenir là, mais soyons sympa, je vais développer un peu 🙂

Ce livre est dans ma bibliothèque depuis une petite éternité après avoir fait quelques emplettes sur un marché aux livres, j’en avais vaguement entendu parler, je me suis dit qu’il était toujours intéressant de l’avoir sous la main au cas où.

16h34, première page.

20h, après plusieurs tentatives ratées pour poser le livre et vaquer à mes occupations habituelles, j’ai finalement craqué et ai dévoré ce qu’il restait du pauvre objet entre mes mains.

Cela faisait une éternité que je n’avais pas été captivée par un livre de cette manière. Certes il n’est pas très long, plutôt facile à lire, mais il est surtout très prenant, et ce jusqu’aux toutes dernières pages.

L’intrigue est au début très confuse, à l’image de Sophie, cette jeune femme dont nous suivons l’histoire, baby-sitter dans une famille bourgeoise. Tout se met en place assez rapidement, mais de retournements de situation en découvertes, le lecteur ne sait finalement jamais très bien s’il est au bout de ses surprises ou non. Entre réalité et apparence, Pierre Lemaitre nous impose un rythme sans temps morts et s’amuse à bousculer les certitudes que le lecteur pensait avoir acquises.

Un dernier conseil, évitez de lire les résumés des différentes éditions, qui en dévoilent malheureusement trop et pourrait gâcher votre plaisir…

Résumé

Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu’il enlève la fille d’un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starling, encore élève stagiaire, l’inquiétante mission d’interroger le Dr Hannibal Lecter, emprisonné à vie pour meurtres et cannibalisme. L’ancien psychiatre, grâce à ses connaissances sur la psychologie des déviants criminels, reste la seule personne à pouvoir mettre le FBI sur la piste du tueur. Lecter accepte de communiquer avec Clarice mais à la condition qu’elle dévoile ses peurs, ses souvenirs d’enfance. En échange, il va peut-être l’aider à retrouver le tueur…

Mon avis

Après la lecture de Dragon Rouge, qui m’avait légèrement déçu, je me suis replongée dans cette sage d’Hannibal Lecter, en espérant trembler un peu plus, et surtout en apprendre plus sur ce mystérieux Docteur. Je dois dire que je reste encore un peu sur ma faim : l’intrigue est bien là, prenante, savamment orchestrée, mais la première partie du livre m’a vraiment semblé longue.

Nous retrouvons Jack Crawford, ainsi que Clarice Starling, que nous avions à peine aperçu dans Dragon Rouge, et qui va se retrouver malgré elle propulsé sur le devant de la scène. Les crimes et détails sanglants sont toujours aussi abominables, et la psychologie des personnages est finement travaillée, tant pour les inspecteurs que pour les autres. On se demande longtemps à quel jeu joue le Dr Lecter, et sa personnalité ambiguë permet de ne pas tomber dans un schéma « gentil vs méchant ». Je ne vais pas aller plus loin pour ne pas spoiler l’intrigue, mais ce deuxième tome m’a sans conteste donné très envie de me tourner vers le troisième, qui s’intéresse (cette fois) vraiment au Dr Lecter et à son histoire. Des nouvelles prochainement…

Fractures – Franck Thilliez

Publié: février 1, 2012 dans Polar

Résumé

Alice Dehaene se recueille sur la tombe de sa sœur jumelle, Dorothée, décédée dix ans auparavant. Une question la taraude : à quoi rime cette photo de Dorothée, prise il y a à peine six mois, qu’elle a récupérée des mains d’un immigré clandestin ?

Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. Son psychiatre à l’hôpital de Lille, Luc Graham, doit lui révéler le résultat d’un an de psychothérapie, lui apporter cette lumière qu’elle recherche depuis si longtemps. Mais les événements étranges qui se multiplient autour de la jeune femme vont l’en empêcher : son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider ; ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche, à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir ; et cet homme retrouvé nu à un abri de bus et qui semble avoir vu le diable en personne.

Grâce à l’intervention de Julie Roqueval, assistante sociale en psychiatrie, Luc Graham, d’abord dubitatif, se décide enfin à mener l’enquête. Un aller simple vers la folie…

Mon avis

Ah un bon polar, comme je n’en avais pas lu depuis longtemps !

Ne connaissant pas l’auteur mais en ayant entendu parler sur divers forums et blogs, je l’avais acheté il y a quelques temps, et j’ai décidé de me lancer ; sortant d’un gros pavé qui ne m’avait pas vraiment emballé, j’avais envie d’une lecture sans prise de tête, et suffisamment prenante pour me laisser porter par l’histoire.

Je dois avouer que le début m’a un peu laissée de marbre. Pourtant le décor est bien planté, les personnages n’échappent pas à quelques stéréotypes mais sont rapidement sympathiques, le style de l’auteur se lit tout seul. Bref, après quelques rebondissements, je me suis tout de même prise au jeu, pour mon plus grand plaisir.

J’ai beaucoup aimé la manière dont l’intrigue se met en place, par petits morceaux, ce qui permet de distinguer le puzzle final, tout en ayant des surprises jusque dans les dernières pages. Ce n’est pas la révélation finale qui m’a fait dire « j’ai aimé ce bouquin », mais la multitude de petits détails qui font que tout s’imbrique parfaitement.

En tout les cas, cette lecture m’a convaincu de poursuivre avec Franck Thilliez, et je n’ai d’ailleurs pas tardé pour racheter l’un de ses livres… Chronique à suivre !

Les Rivières Pourpres – JC Grangé

Publié: août 18, 2011 dans Polar

Résumé

Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l’Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position foetale. Qui est l’auteur de cette mise en scène macabre ?

Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s’occuper : l’école primaire a été visitée et le tombeau d’un enfant profané. Au départ bien distinctes et à des lieux l’une de l’autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n’en faire qu’une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante.

Mon avis

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir Jean-Christophe Grangé, l’un des rares auteurs français enchaînant le thriller à succès. Les rivières pourpres faisant partie de mon Baby Challenge Thriller, et après avoir lu l’avis enthousiaste de Petit_speculoos, j’ai fini par me décider.

Les premières pages m’ont un peu dérouté, je me suis dit que j’allais avoir du mal à rentrer dedans, et finalement tout s’est passé en douceur… On rentre finalement assez rapidement dans le vif du sujet, et on a vraiment la sensation de suivre l’enquête pas à pas : la découverte d’un corps, les premiers interrogatoires, les pistes multiples et parfois sans issues… Pour autant, je n’ai pas eu l’impression que l’histoire stagnait, ou que l’auteur comblait les trous pour arriver au dénouement. L’alternance entre deux enquêtes, et deux personnages aux personnalités et aux méthodes diffèrentes m’a beaucoup plu, d’autant plus que cela permet d’entretenir intelligement le suspens.

J’ai aimé les deux personnages principaux de cette histoire, le commissaire Pierre Niémans et le lieutenant Karim Abdouf, qui ne correspondent pas à l’image traditionnelle que l’on se fait du « flic ».

Enfin, seul léger bémol, je ne l’ai absolument pas trouvé « terrifiant » ou « macabre » comme je m’y attendais. Quelques détails font froid dans le dos, mais rien d’horrifiant comparé à mon maître en la matière, Maxime Chattam. Cela n’entache pourtant pas la qualité du livre, et de son dénouement !

Résumé

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.

Mon avis

J’ai découvert ce livre lorsque j’avais 12 ans, et je me souviens encore de l’attraction incroyable qu’il avait eu sur moi. Effrayée de ne pas le trouver à la hauteur de mon souvenir, j’ai longtemps repoussé le moment de le relire. C’est finalement une lecture commune organisée par mimi-lit sur Livrradict qui m’a convaincue de tourner la première page !

Après avoir passé le prologue, qui me semblait entrer beaucoup trop en détail dans l’intrigue (mais que je relirai a posteriori avec plaisir pour aller plus loin dans ma lecture), j’ai très rapidement réussi à m’immerger dans l’ambiance du livre.

Ce récit, qui raconte l’histoire de deux riches familles, les Linton et les Earnshaw, est amené de manière originale, puisqu’il se fait par l’intermédiaire du souvenir de Mrs Dean, femme de charge au service des deux familles depuis des décennies. Il constitue une véritable saga familiale, mêlant amour, passion et vengeance. Le style d’Emily Brontë est assez incroyable. Il est à la fois recherché, littéraire, et totalement accessible. Les mots sont tellement justes qu’ils permettent, sans aucune difficulté, de se plonger dans l’époque et les lieux si particuliers de cette histoire, et de vivre pleinement avec les personnages leurs malheurs.

Car ce récit est avant celui de la déchéance de ces deux familles, orchestrée par Heathcliff. Orphelin recueilli et aimé par Mr Earnshaw, ce personnage sombre conserve une grande part de mystère. Il incarne certes le « démon » dans cette histoire, mais je n’ai pu m’empêcher de l’apprécier et de le prendre en pitié certaines fois, face aux épreuves que la vie lui avait réservé. J’ai également été touchée par le jeune Hareton, dont la bonne nature n’a jamais disparu malgré l’éducation qu’il a pu recevoir.

Cette lecture est donc finalement, pour la deuxième fois, un énorme coup de coeur. Il n’y a rien que je n’ai pas aimé, et j’avais hâte chaque jour de me replonger dans ce livre, tout en redoutant le moment où il se terminerait et où je devrais passer à autre chose. Je ne pensais pas qu’un livre se déroulant en des temps aussi éloignés, avec des moeurs si différentes des nôtres, pourrait me faire vibrer à ce point.

Les avis des autres Livvradicitiens ici : platinegirl, Hidile, mimi-lit , vengi

Dragon Rouge – Thomas Harris

Publié: juin 27, 2011 dans Polar

Résumé

À un mois d’intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l’une à Birmingham, l’autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé « le Dragon rouge ».

Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d’un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur.

Il constate qu’il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage.

Mon avis

Lorsque j’ai découvert que le célèbre Hannibal  Lecter, dont le seul nom m’effraie alors que je n’ai jamais osé voir le film, était né d’un thriller, je me suis intéressée aux livres le mettant en scène. J’ai ainsi découvert qu’il n’y avait pas un mais quatre thrillers se référant à ce personnage mythique :

  • Dragon Rouge
  • Le silence des agneaux
  • Hannibal
  • Hannibal Lecter : Les origines du mal

Comme le hasard fait bien les choses, les deux permiers tomes font partie de mon Baby Challenge Thriller, et je suis tombée presque par hasard sur Dragon Rouge chez un bouquiniste.

Marquée par ma lecture de L’âme du Mal (de Maxime Chattam) il y a quelques mois, qui m’avait complètement subjuguée, je me donc lancée avec empressement dans ce nouveau thriller, motivée par les avis élogieux de camarades bloggeurs.

Alors que penser ?

Je dois avouer,  à mon plus grand regret, m’être parfois ennuyée avoir du me forcer un peu pour reprendre le cours de ma lecture.

Bien entendu, tous les ingrédients sont présents, savamment distillés, pour en faire un thriller de premier choix. Pour commencer, les meurtres sont atroces, et les scènes de meurtres sont décrites avec force de détails. La dimension psychologique des personnages, en particulier du profiler Will Graham et du Dragon Rouge sont finement travaillées. Il faut savoir que le suspens quant à l’identité du tueur n’est pas de mise, puisqu’on sait très rapidement qui il est ; en revanche, on tremble en voyant l’enquête piétienr, se rapprocher ou s’éloigner de la bonne piste, ce qui est tout aussi palpitant.

Le livre est organisé en deux parties ; la première relate les débuts de l’enquête, tandis que la deuxième, nettement plus intéressante, amène le lecteur à se mettre dans la tête du Dragon Rouge afin de comprendre son histoire et ses motivations. Sans spoiler, je suis restée quelques minutes sans voix après avoir refermé le livre, et j’ai beaucoup apprécié cette fin en apothéose.

Après réflexion, je pense que ma légère déception vient uniquement de la comparaison que j’ai malgré moi faite entre ce livre et L’âme du Mal. Certes, ce dernier le surpasse, et je n’ai donc pas retrouvé cette sensation d’être scotchée au livre, de ne pouvoir en détourner les yeux avant d’avoir compris… Mais en replaçant les choses dans leur contexte, Dragon Rouge a été écrit en 1978, il y a plus de trente ans, à une époque où le profilage en était encore à ses balbutiements, et où l’idée même de se placer dans la tête d’un psychopathe, de comprendre l’origine de ses pulsions étant totalement incongrue pour le grand public.

Je dirai donc que pour l’époque de laquelle date ce livre, c’est finalement une belle réussite, même si ce n’est pas un coup de cœur. Je lirai avec plaisir Le silence des agneaux, dans lequel il me semble que le personnage de Hannibal Lecter sera bien plus présent.

Dix petits nègres – Agatha Christie

Publié: juin 18, 2011 dans Polar

Résumé

Dix personnes apparemment sans point commun se retrouvent sur l’île du Nègre, invités par un mystérieux M. O’Nyme, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. Dans les chambres, une comptine racontant l’élimination minutieuse de dix petits nègres.

Après le premier repas, une voix mystérieuse s’élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes. Un des convives s’étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte.

Le coupable se cache-t-il dans l’île, parmi les convives ?

Mon avis

J’ai lu ce livre pour la première fois il y a presque 10 ans (ouch le coup de vieux…), et il m’a fait découvrir et apprécier les « polar », ouvrant la voie à de nombreuses autres lectures. J’avais donc envie depuis quelque temps de m’y replonger, et c’est chose faite.

Je dois dire qu’en premier lieu j’ai été un peu déçue… la mise en place de l’intrigue, la présentation des personnages m’a semblé un peu bâclée, en tout cas vraiment très rapide. Le premier meurtre a rapidement lieu, et les autres suivent de près. Ce sentiment était de plus exacerbé par le souvenir que j’avais de la fin du livre, pensant (à tort), me souvenir de la clé de l’intrigue. Je me suis finalement laissé prendre au jeu, me rendant compte au fil des pages que je ne me souvenais pas tant que ça de la fin, et j’ai fini le livre au milieu de la nuit.

En résumé, j’ai trouvé que c’était un bon livre, mais pas aussi parfait que dans mon souvenir. La mise en place et le déroulement de l’intrigue m’ont semblé un peu trop rapide, ne laissant pas suffisamment de place pour réellement développer l’aspect psychologique des invités. Je découvrirai certainement d’autres romans de cette auteur prochainement, et pourquoi pas Hercule Poirot ou Miss Marple que je n’ai jamais lus…