Mystic River – Dennis Lehane

Publié: juin 15, 2011 dans Coups de coeur, Polar

Résumé

East Buckingham, non loin de Boston, abrite le quartier des locataires, les Flats et celui de petits propriétaires, le Point. Aux Flats, l’avenir des habitants se résume aux allocations chômage de fin de mois. Au Point, on espère se faire une petite vie tranquille loin des voyous de « Cradeville ». Mais quelquefois, les enfants de ces deux quartiers aiment à se retrouver. C’est le cas de Jimmy Marcus et Dave Boyle des Flats et de Sean Devine de Point. Leurs familles se connaissent car les pères travaillent dans la même entreprise de chocolat… même si le père de Sean est contremaître et celui de Jimmy, simple ouvrier.

Un samedi de 1975, alors que les trois gamins se bagarrent dans la rue, deux prétendus policiers descendent de voiture, les sermonnent et se proposent de raccompagner le petit Dave chez lui. L’enfant ne réapparaît que quatre jours plus tard. Tous comprennent et se taisent. Dave, qui a subi le pire, se réfugie lui aussi dans le silence et la culpabilité. Vingt-cinq ans plus tard, l’assassinat de Katie, la fille de Jimmy Marcus, portera en écho le sceau de cet événement tragique et indicible.

Mon avis

C’est le deuxième livre de Dennis Lehane que je lis, après Shutter Island il y a quelques mois, que j’avais adoré. J’avais bien pris soin de ne pas voir le film avant ma lecture, afin de ne pas m’auto-spoiler.

Le livre commence en 1975, alors que Sean, Jimmy et Dave sont encore enfants. On est tout de suite plongé dans l’ambiance de ce quartier d’East Buckingham, où la fracture sociale semble plus importante que n’importe où ailleurs. On comprend tout de suite les difficiles conditions de vie des protagonistes, les rivalités entre quartiers, et on a véritablement l’impression de se trouver avec ces trois enfants dans les rues de Boston. L’enlèvement de Dave, puis son retour quelques jours plus tard, sans un mot sur ce qui lui est arrivé, marque le début de la tragédie qui touchera ces trois individus.

On retrouve East Buckingham une vingtaine d’années plus tard. Sean, Jimmy et Dave ont grandi, et poursuivent leurs vies malgré les aléas, ne se rencontrant que rarement. Jusqu’au jour où la fille de Jimmy, Katie, est retrouvée morte, assassinée. Les circonstances amènent ainsi ces trois personnages à se retrouver à nouveau : Sean, sergent de la police d’Etat, qui enquête sur le meurtre, Jimmy, le père de Katie, et Dave, qui se trouve être l’oncle de Katie. On sent l’ombre du passé planer sur l’enquête que mène Sean, et on observe les diffèrents personnages de l’intrigue se débattre entre le passé et le présent, avec les non-dits, leurs peurs et leurs préjugés.

Comme vous l’avez deviné, j’ai beaucoup aimé ce livre, et en particulier l’atmosphère que l’auteur a réussi à créer, sans trop en faire. Le résultat est un roman noir, poignant de réalisme, où il n’y a pas de bons et de méchants, mais des êtres humains, chacun ayant des doutes, des faiblesses avec lesquels il doit s’arranger. La psychologie des personnages est vraiment mise en avant, et ajoute encore à la qualité de l’ensemble.
Le style de l’auteur est fluide, il y a beaucoup de dialogues, ce qui permet une lecture facile et agréable.
Ma seule petite déception a été de comprendre ce qui était arrivé à Katie bien avant la fin. Mais après tout, ce livre est un polar et un roman noir avant tout, et non un thriller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s