La Trilogie des Joyaux – David Eddings

Publié: juin 15, 2011 dans Fantasy

C’est une série composée de trois tomes, tous disponibles chez Pocket

  1. Le Trône de diamant
  2. Le Chevalier de rubis
  3. La Rose de saphir

La trilogie fait partie d’un cycle plus vaste, intitulé La Pierre sacrée perdue, et dont la deuxième partie est constituée par la Trilogie des Périls, que je n’ai pas encore lu. A noter que la première trilogie est tout de même indépendante et peut être lue seule.

Résumé

Emouchet, le chevalier pandion, rentre chez lui après de longues années d’exil forcées. Mais il retrouve sa reine Elhana malade, en proie à un mal mystérieux. Seule l’intervention de Séphrenia, la sorcière styrique, a pu retarder l’inévitable et prolonger la vie de la jeune reine. Alors que l’élection d’un nouvel archiprélât de l’Eglise approche, et que les intrigues se multiplient, Emouchet et ses compagnons doivent trouver un remède pour Ehlana. Cette course contre la montre les mènera à travers toute l’Eosie, à la recheche d’un pouvoir bien plus grand et convoité qu’ils n’auraient pu l’imaginer.

 Mon avis

Cela fait déjà quelques années que je lis de la fantasy, et se plonger dans un nouveau cycle est toujours une aventure fabuleuse.Pour celui-ci, je dois cependant avouer que le début fut compliqué. L’univers est plus médiéval que ce à quoi j’étais habitué, et la multitude de personnages m’a tout d’abord laissé perplexe. J’avoue même avoir mis de côté le livre quelques temps après l’avoir commencé, mais ce n’était peut être tout simplement pas le bon moment pour me lancer dans une telle épopée !

En tous les cas, une fois l’histoire mise en place, on est emballé par l’univers tellement riche crée par Eddings. J’ai personnellement préféré cette trilogie à la Belgariade, car j’y ai trouvé moins de temps morts, de passage « creux » qui me donnaient envie de faire une pause. Je regrette uniquement que le schéma général de l’histoire soit similaire, bien que les personnages soient réellement différents.

 J’allais presque oublier… mention spéciale à l’éditeur pour avoir publié le deuxième tome avec une police minimale, un interligne presque nul, et des marges réduites au maximum… Heureusement que la qualité du livre rattrape le manque de confort pour la lecture…!

Diffèrentes éditions doivent exister, pensez à vérifier si vous vous procurez le livre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s